Chinon renoue avec la figure tutélaire de Rabelais et invente un festival unique, résolument utopique bâti sur l’idée que « goûter » et « savoir » sont la même chose puisqu’ils se marient en la racine latine commune de « sapere ». Si la soif est une allégorie à l’inextinguible envie d’apprendre dans l’œuvre de Rabelais, le festival Les Nourritures Elémentaires a bien l’intention de passer à la pratique en faisant résonner les mots et la pensée, le vin de l’AOC et les plaisirs du chinonais. Et puisque l’œuvre de Rabelais est un univers à elle-seule, elle mérite bien un festival !